Lutte contre la corruption / Barrer la route à la corruption avec le journalisme d’investigation

lutte-contre-la-corruption-barrer-la-route-a-la-corruption-avec-le-journalisme-dinvestigation

Par: Mohamed Youssouf

Du 08 au 12 Octobre, 22 médias africains de l’Afrique Australe se sont réunis à un atelier de formation sur le reportage autour de la corruption par le journalisme d’investigation, à Johannesburg. L’objectif est de fournir des compétences aux journalistes pour dénoncer la corruption, surveiller les droits démocratiques et les abus de pouvoir, le tout en recourant au journalisme d’investigation.

Lutter contre la corruption, un défi que s’est donné le bureau régional de l’Union africaine en Afrique australe. Du 08 au 12 octobre, 22 médias de 12 pays de l’Afrique Australe ont participé à un atelier de formation sur le reportage de la corruption par le journalisme d’investigation. Un atelier qui vise à fournir les outils aux journalistes pour dénoncer la corruption, surveiller les droits démocratiques et les abus de pouvoir, en recourant au journalisme d’investigation. Ce qui comprend des domaines de perspectives économiques, juridiques et professionnelles à la lumière des développements historiques et contemporains.

Les journalistes discussion en cours

« Dans la lutte contre la corruption, les journalistes sont des acteurs clés. Quand ils publient des articles, ils citent des noms. Ils disent que telle personne est corrompue. Mais ils doivent être absolument sûrs que ce qu’ils écrivent est vrai. Parce qu’ils exposent la vie d’une personne », a expliqué Auguste Leopold Ngomo, le directeur du bureau régional de l’Union Africaine en Afrique Australe. Pendant cinq jours, les journalistes étaient initiés aux techniques d’investigations et la manière de mener une enquête. Le programme combine des connaissances pratiques et théoriques, y compris dans l’environnement numérique.

L’occasion également de développer des capacités et des compétences pour développer la capacité de communiquer avec un internaute et la capacité de prêter une attention particulière aux bases d’un bon journalisme d’investigation, par exemple évaluer les sources, vérifier les informations, entre autres. « Les journalistes doivent avoir des compétences très intenses et profondes en matière d’investigation. Dans cette lutte contre la corruption, de bons journalistes bien entrainés ayant des compétences et moyens de faire leurs investigations est un élément important, poursuit-il. C’est pourquoi le bureau régional de l’Union africaine a pris cette initiative d’inviter les journalistes pour travailler ensemble et voire comment améliorer les compétences en matière d’investigation ».

Pour ce diplomate de l’Ua, le délai de cinq jours est minime. Raison pour laquelle il encourage les échanges entre les journalistes. « Le fait de voir les journalistes être ensemble et échanger dans la lutte contre la corruption à travers le journalisme d’investigation, c’est un pas », dit-il, avant de conclure que « le journalisme d’investigation demande du courage. On va voir comment la coalition se met en place. On trouvera ensuite les moyens pour leur permettre de pouvoir travailler».

Leave a Reply